XX LES MUSULMANS EN FRANCE , vus par les musulmans!

Les musulmans en France


710. Expédition navale des musulmans en Corse.
711-717. Les musulmans installés dans les Pyrénées commencent à franchir les cols et à péné­trer dans ce qu’ils nomment al-Frandja ou la Grande Terre. Ils poussent des reconnaissances en Septimanie franque, et au-delà.
D’après l’historien Ibn Hayyam, les musulmans avaient lancé dès l’époque de Tariq, des incursions dans le Bas-Languedoc, le Roussillon et la Septimanie franque. Cette dernière province reçut le visite régulière des agents musulmans de fisc charger de toucher le tribut (jizia) fixés par les traités de sauvegarde.
719. La cité de Narbonne fut prise par Al Samh Ibn Malik al-Khawlani. Des forts y furent construits pour le ribat (postes avancés de garde) et une grande mosquée y fut édifiée dont les traces furent retrouvées.. La France comme les autres pays d’Europe se sont empressés de faire disparaître les traces de la présence musulmane dans leurs pays.
721. Le 11 mai, Eudes d’Aquitaine repousse les musulmans d’al-Samh, sur la route de Carcassonne à Toulouse, Al Samh Ibn Malik al-Khawlani trouvera le martyr. Les mécréants firent courir le bruit que 375 000 musulmans y trouvèrent le martyr. Cet endroit surnommé le champs des martyrs est un nom qui sera parfois attribué au champs de bataille de Poitiers que la propagande carolingienne fit passer pour un événement majeur de l’histoire de France et du monde !
724-725. Offensive musulmane dirigée par ‘Anbassa, le successeur d’Al Samh. Occupation de Nîmes et de Carcassonne. Il renforça ses armées en vue d’une nouvelle offensive et pacifiquement il acheva la conquête de la Septimanie dont la partie espagnole avec Barcelone s’était soumise à l’époque à Abd Al ‘Aziz Moussa Ibn Nusair alors qu’il se trouvait à Cordoue. Autun fut prise le 22 Août 715.
726. Les musulmans consolident leurs positions dans la Narbonnaise, achèvent la conquête pacifi­que de la Septimanie jusqu’au Rhône, prennent l’Albigeois, le Rouergue, le Gévaudan, le Velay, le Dauphiné, le Lyonnais et la Bourgogne (prise d’Autun le 22 août). Ils lancent des incursions d’une part jusqu’à Sens (70 km de Paris), d’autre part jusqu’à Luxeuil.’ Anbassa ayant trouvé la mort, ses troupes se replièrent en Espagne en 726, non sans signer des traités de sauvegarde (jizia) avec les seigneurs de l’ouest du Rhône et se fortifier plus à Narbonne.
732. Mai-juin : les musulmans passent les Pyrénées occidentales, prennent Tarbes, le Bigorne, Oloron, Bordeaux. Attaque l’orléanais. Jusqu’à la grande expédition de 732, qui sera menée cette fois dans l’ouest de la France, les musulmans se contentèrent de rester sur la défensive, dans des camps retranchés ou ribat, créé le long du Rhône et dont Avignon formait le point le plus fort. Ils s’allièrent avec leurs voisins qui redoutaient les franques et notamment avec Eude d’Aquitaine dont le chef musulman épousa la fille nomme Lampigie.
Pendant l’offensive musulmane de 732 en France occidentale,’Abd ar Rahman ‘Abd Allah al Rafiqi ordonna une concentration des troupes musulmanes à Pampelune afin de passer en territoire franc par le col des Pyrénées de Roncevaux. Les forces de l’impact des armées musulmanes étaient considérables et cette fois le duc Eudes ne put contenir l’avance musulmane. Battu sur la Dordogne, il dut à son corps défendant demander l’aide de son rival. Lorsque Charles survint et comme toujours ce fut les armées musulmanes qui prirent l’initiative et au cri d’Allahou Akbar, ils s’élancèrent impétueusement contre les francs…
732Octobre : bataille de Poitiers. Charles Mar­tel attaque la patrouille musulmane d ‘Abd ar-Rahman ar Rafiqi près de l’actuelle Moussais-la-Bataille. Le comman­dant en chef musulman trouve le martyr.
A strictement parler, la bataille ne se termina pas par la nette victoire de l’un des deux camps. Ce fut la nuit tombante et la mort de leur chef qui convainquit les musulmans de l’inutilité de poursuivre le combat. A la faveur de l’obscurité, les musulmans décrochèrent rapidement grâce à la légèreté de leur équipement et le lendemain à l’aube, Charles se trouva devant un camp vide !
Cette bataille de Poitiers est considérée inexactement par l’occident comme une date capitale de l’histoire. La progression musulmane de l’époque avait déjà perdu son caractère de conquête durable et se limitait à de simples expéditions de reconnaissance qui continueront d’ailleurs après cette bataille.
734-735. Les chefs provençaux pactisent avec les musulmans, mettant Arles, Avignon, Nîmes sous leurs protections. Le patrice de Marseille, Mauronte, et le gouverneur de Nar­bonne, Yusuf, organisent une ligne de défense sur le Rhône, dont Avignon est le point fort.
737. Charles Martel reprend Avignon et mets le siège devant Narbonne. Malgré la défaite d’une armée de secours amenée par mer, il ne put faire tomber la ville et découragé par l’animosité que lui manifestaient les populations du midi, il quitta la Septimanie en emmenant de nombreux prisonniers avec lui et qui seront utilisés comme viticulteurs dans le Vivarais ou pour les plus récalcitrants comme mineurs dans les terrains argentifères. Bataille de la Benne. Les musulmans s’installent dans les campagnes provençale et languedocienne ou ils prépareront le terrain au futur état, petit mais énergique, de Fraxinetum.Le Goth Ansemond gouverne Nîmes, Mague­lone, Agde et Béziers.
759.Retrait des musulmans de Nar­bonne. Suite à la révolution abbasside et à l’arrivée des Omeyyades en Espagne, les musulmans délaisseront les champs de bataille français.
768. Envoi d’ambassadeur du calife abbasside à Pépin le Bref.
778. L’arrière-garde de Charlemagne est défaite à Ron­cevaux par les musulmans.
Le nom de Roncevaux a aussi une certaine valeur historique d’un fait brillant qui ne fut en fait qu’une escarmouche entre l’arrière garde de l’armée de Charlemagne contre un détachement de quelques soldats musulmans. Encore une fois l’exagération joua un grand rôle dans l’histoire.
793. Attaque musulmane en France. Bataille de Villedaigne ou l’armée franque fut battue ou les musulmans se contentèrent juste de célébrer la victoire, prise de Narbonne. Les musulmans se retirent.
801. Echange d’ambassadeurs entre Charle­magne et Harun ar-Rashid.
802. Attaque musulmane contre la Corse.
813. Attaque musulmane contre la Corse et Nice.
827. Expédition navale musulmane en Bretagne.
831. Ambassade de Bagdad à Louis le Débon­naire. Attaque musulmane par mer de Marseille.
848. Le Languedoc s’allie aux musulmans. Le gouverneur de Saragosse pénètre en France. Prise musulmane d’Arles.
869. Attaque des côtes provençales par les musulmans. Création d’une base navale en Camargue.
889. Débarquement de marins musulmans dans le golfe de Saint-Tropez. Ils fondent, dans les Maures, la colonie de Fraxine­tum (Garde Freinet actuelle ?) et effectuent de nombreuses incursions en France méridionale et en Italie.
906. Les musulmans installés dans le Dauphiné passent en Italie par le mont Cenis.
911. Les musulmans se fixent dans les Alpes.
920. Les musulmans de Fraxinetum prennent Aix, Marseille et le Piémont. Les musulmans d’Es­pagne franchissent les Pyrénées et atteignent Tou­louse.
929-939. Progression des musulmans dans les Alpes jusqu’en Ligurie, dans le Valais, les Grisons et Genève.
940. Occupation provisoire de Fréjus et de Toulon.
942. Attaque combinée des Byzantins par mer et des Francs sur terre contre la colonie musulmane de Fraxinetum. Les musulmans prennent Nice et de Grenoble.
952. Bataille d’Orbe entre les musulmans et les Hongrois. Les musulmans se répandent dans toute la Suisse.
960. Les musulmans abandonnent leurs positions sur le Grand-Saint-Bernard.
965. Les musulmans évacuent Grenoble et le Grésivaudan.
970. Evacuation de la Savoie par les Sarrasins,
973. Bataille de Tourtour. Les musulmans quittent la Provence ou ils étaient installés depuis deux siècles et demi.
975. Destruction de la colonie de Fraxinetum.
1003. Attaque musulmane contre Antibes
1019. Tentative musulmane contre Narbonne, Maguelone, les îles de Lérins.
1141. Première traduction latine du Coran, à Tolède, pour Pierre le Vénérable, abbé de Cluny.
1543. Cent vaisseaux ottomans, sous le commandement de Kheir ad Din Barbaros (Barberousse, nommé ainsi à cause de la grande barbe rousse qu’il avait), se joignent à la flotte de François Ierpour assiéger Nice. Débarquement turc à Villefranche. La flotte turque hiverne à Toulon.
1553. Une flotte franco-turque occupe la Corse.

Commenter

Vous devez être membre de ISLAM pour ajouter des commentaires !

un nouveau monde libre est un réseau social

© 2017   Créé par anna sultana cora.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation